French (Fr)English (United Kingdom)
Bannière

Regards de coach

L'excellence en mouvement

La violence doit nous interroger sur nous-mêmes

Par Gilles SERPRY le
Gilles SERPRY
Gilles SERPRY n'a pas encore mis à jour sa biographie
Hors ligne
Mar 07 dans Developpement Personnel 0 commentaires

Nous baignons dans un monde, en France, dans notre monde développé, qui est éminemment violent. Il présente une face glamour, évoluée, sophistiquée, mais nous voyons bien que nombre de populations pauvres du globe, laissées pour compte ou exploitées ne s’y reconnaissent pas. Au contraire, le contraste est tellement violent qu’il provoque les extrémismes que nous voyons fleurir dans le monde.

Mais cette société est aussi violente en son propre sein. La distance entre riches et pauvres, entre « beaux » en « laids », entre jeunes et vieux, entre avec et sans emploi, entre… est marquée et martelée par les médias divers et elle crée une image d'un modèle inaccessible qui crée désir et manque. Elle fait de tous des consommateurs d’autant plus avides que ce manque est vécu fortement.

L’entreprise est aussi un monde violent. On le voit dans la majeure partie des entreprises. L’accroissement de la pression, graduellement depuis les années de la révolution industrielle, atteint aujourd’hui un paroxysme qui met en danger la santé des personnes mais aussi le fonctionnement même des entreprises.

Cette pression est le fruit de la combinaison de la pression concurrentielle venue de la mondialisation, de la financiarisation de l'économie, de l’automatisation et des moyens de communication. L’accélération est phénoménale, chacun, dans tous les domaines de vie, est suivi pas à pas. Il n’y a plus d’espaces de respiration, plus d’autonomie. Les processus décident, tout est normé, chiffré et l’individu et son jugement n’ont plus leur place. Un chef d’entreprise que j'ai connu disait même « les commerciaux ne devraient pas exister. Avec les processus commerciaux que j’ai en place, des chimpanzés devraient pouvoir faire le travail… ».

Tout cela résulte en une perte de sens, une démobilisation et quelques fois une révolte. De la même manière, et pour des raisons semblables la pression que notre société fait vivre au monde entier génère le terrorisme.

Nous sommes face à une responsabilité: changer rapidement cela. Si nous ne le faisons pas nous risquons de disparaître de la face du globe, étouffés, affamés sur une planète que nous avons pillée; ou nous nous autodétruirons dans une violence croissante. Ce n’est pas joyeux n’est-ce pas ?

Mais nous avons le choix, et peut-être encore les temps. Si  nous construisons vite un nouveau modèle de société. Les efforts de Jeremy Rifkin pour faire avancer le monde vers une troisième révolution industrielle sont prometteurs.  Il montre la voie vers les moyens de créer une nouvelle approche de la production d’énergie  (vers l’Internet de l’énergie), un renouvellement de l’habitat, un renouvellement des transports (vers l’Internet de la logistique),. Aujourd’hui, en Europe, l’Allemagne a vraiment pris les devants pour avancer dans ces directions.

Dans tout ce changement, les hommes seront centraux. Ils devront pouvoir comprendre que le système est de nouveau à leur service et que tout un chacun en fait partie, sans exceptions, sans exclusions. Et les pays émergeants doivent y trouver leur voie pour court-circuiter des étapes de développement et pour offrir à tous ceux qui se sentent aujourd’hui exclus, un avenir d’espoir.

Nos politiques ont une vraie responsabilité à prendre pour mettre en place un chemin vers cette nouvelle économie qui est nécessaire à notre survie. Je ne vois pas encore cela venir en France, à part dans des initiatives régionales insuffisantes. Le monde politique n'a pas encore pris cela à bras le corps. Où sont les visionnaires et les courages que requiert ce changement de fond ? 

Mots clés : Aucun mot clé

A propos de l'auteur

Trackbacks

URL de Trackback pour cette entrée
  • Toko Tas Murah

    par Jual Tas le Mardi, 30 Novembre 1999
    [...]Excellent blog here! Also your site so much up fast![...] ...

Commentaires

Veuillez vous connecter d'abord avant d'ajouter un commentaire