French (Fr)English (United Kingdom)
Bannière

Regards de coach

L'excellence en mouvement

La fracture entre notre consommation et nos vrais besoins

Par Gilles SERPRY le
Gilles SERPRY
Gilles SERPRY n'a pas encore mis à jour sa biographie
Hors ligne
Déc 08 dans Developpement Personnel 0 commentaires

Notre consommation augmente à un rythme soutenu et notre modèle de consommation gagne les zones les plus reculées du monde. Mais il y a un hic ! Cette consommation n’apporte pas réellement de bonheur, de plaisir, de joie dans la vie de ceux que nous côtoyons. Par contre dans certaines régions ou pays, que nous jugerions pauvres, le bonheur de vivre et la joie sont là alors qu’ils sont loin de posséder tout ce que nous avons.

Par ailleurs, les études montrent que la santé n’est plus en lien direct avec le niveau de vie à partir de 6 à 8000 € par habitant, mais qu’alors d’autres facteurs jouent.

Donc notre modèle de croissance du PIB (Produit Intérieur Brut), basé sur la croissance de la consommation, ne nous apporte ni un vrai bonheur de vivre, ni la santé. Et de plus, si toute la planète se mettait à consommer au même rythme, nous aurions besoin de plusieurs planètes ou bien nous détruirions les ressources précieuses de la terre.

Le Bhoutan est un petit pays proche du Népal, dans l’Himalaya, qui a commencé à mesurer le bonheur intérieur brut au lieu du PIB. Leurs projets nationaux sont jugés en fonction de leur impact sur le bonheur des habitants. Peut-être un exemple à étudier de près même s’il est dans une position très différente de celle de nos pays dits développés.

Notre consommation est soutenue par tout un système médiatico-financier qui nous pousse dans une hypnose collective à consommer toujours plus. Vous, Monsieur, vous n’avez pas la dernière voiture à la mode, vous êtes ringard ! Vous Madame, vous n’avez pas les dernières chaussures de chez machin ! Précipitez-vous ou les copines vont rigoler ! Et toi petit garçon, tu n’as pas encore la dernière X-Box ! Tes copains vont se foutre de toi à la rentrée ! Et toi petite fille, tu n’as pas encore le kit de maquillage dernier cri ! Les copines vont te trouver vraiment nulle ! A tous les âges on vous chope. Et sans même que vous en soyez conscient les messages répétés font leur office. Maison, voiture, vacances, cuisine, jouets, téléphones portables… tout est en permanence l’objet de messages dont le seul but est de vous faire consommer toujours plus.

En avez-vous besoin ? C’est une bonne question. Si nos biens étaient plus durables (Je veux dire construits pour durer) sans doute pas. Mais la loi du pas cher, de la mode, et de la consommation font que l’on vous vend du pas cher, de qualité médiocre, qui ne durera pas et de plus on vous culpabilise de ne pas être au top du top avec le dernier cri.

Changer nos modes de consommation est un impératif pour créer les conditions d’un développement durable. Il faut aussi redéfinir ce que signifie développement. Et cela veut dire redéfinir où se trouve la valeur dans ce que nous produisons en valorisant le coût de la non durabilité dans nos biens de consommation.

Je crois que cette période de Noël, la COP21, et les autres fractures du monde nous appellent à réfléchir sur notre façon de contribuer à un système qui va dans le mur et à changer chacun, chacune, nos façons de consommer afin de faire changer ceux qui produisent pour nous. Soyons le changement que nous voulons voir arriver.

Joyeux Noël

Mots clés : Aucun mot clé

A propos de l'auteur

Trackbacks

URL de Trackback pour cette entrée

Commentaires

Veuillez vous connecter d'abord avant d'ajouter un commentaire