French (Fr)English (United Kingdom)
Bannière

Regards de coach

L'excellence en mouvement

3 approches du monde… vous voulez laquelle ?

Par Gilles SERPRY le
Gilles SERPRY
Gilles SERPRY n'a pas encore mis à jour sa biographie
Hors ligne
Mai 01 dans Developpement Personnel 0 commentaires

Notre société en France, comme toutes les sociétés dans le monde, se trouve confrontée à la nécessité de répondre à de nombreux enjeux économiques, financiers, humains et écologiques. Ces enjeux multiples sont le fruit de l’ouverture du monde, de l’évolution technologique et d’une conception économicopolitique à bout de souffle.

Pour résoudre les problèmes qui se présentent à nous, il y a 3 voies possibles :

1. Appliquer ce que le passé nous a: nous voyons aujourd’hui que c’est précisément ce qui ne fonctionne plus. Les vieilles recettes nous ont amené au mur devant lequel nous sommes aujourd’hui avec les multiples ruptures dont j’ai déjà parlé dans un précédant post

Le retour aux recettes du passé comme le nationalisme, la fermeture au monde extérieur, l’enfermement dans un système de repli est un non-sens dans un monde qui bouge, communique et nécessite de travailler avec nos voisins planétaires à résoudre des problèmes qui nous dépassent. La nostalgie souverainiste d’une grandeur passée n’est pas une solution pour l’avenir. Elle est juste la formule pour précipiter une catastrophe.

2.Avoir une analyse et un: Le monde bouge tellement vite que quiconque prétend avoir une analyse et un programme est voué à ne pas le réaliser ou à tenter de le réaliser en dépit de la réalité qui se manifeste. Cela veut dire affirmer ses vues quitte à émettre des contre-vérités, manipuler pour faire croire que cela marche, et contre les résistances rencontrées, utiliser la violence pour faire taire les oppositions.

Les gouvernements précédents, de gauche comme de droite, ont eu des programmes, ne les ont pas réalisés et ont commencé à voir la violence que cela produit. Cela les a fait reculer sans pour autant faire émerger de solutions. C’est ce qui a créé la grande déception que nous voyons aujourd’hui chez beaucoup de personnes et la situation électorale que nous connaissons.

3.Avoir des convictions et travailler à partir du ré: observer ce qui est vécu dans la réalité avec toutes les parties prenantes concernées, faire émerger les idées novatrices, expérimenter localement et généraliser ce qui marche où cela peut être fait. C’est une démarche dont le seul programme est la cocréation avec les parties prenantes du corps social, une démarche inclusive dans laquelle tous ont leur place, pour expérimenter socialement et faire émerger une société dans laquelle tous se sentent respectés et impliqués.

Pour aller dans cette voie, il faut pouvoir montrer une intention claire, avoir une attention portée sur les conditions de réussite et susciter un enthousiasme qui fournit l’énergie nécessaire à la démarche.

L’enthousiasme ne peut résulter que d’un nouvel espoir d’une société qui sert les humains et non l’inverse, des humains asservis à une société devenue inhumaine.

Les discours liés à ces 3 façons de répondre aux enjeux de la France sont reconnaissables à partir des critères suivants :

1.Les recettes du passé :

    • Tous les mots en "isme"
    • Tout ce qui se réclame de droite, gauche, centre avec leurs vieilles lunettes et les postures d’oppositions systématiques


2.Les analyses et programmes tout faits :

    • Le programme (Qu’il se dise antisystème ou pas)
    • Les exclusions (Riches-pauvres, français-migrants, France-Europe…)
    • Le langage de lutte, bataille… (S’il faut un ennemi, il est forcément exclu)

3.Des convictions et le réel :

    • Enoncé des convictions
    • Des lignes directrices
    • Un langage de rassemblement, d’inclusion
    • La compréhension de la complexité et de la nécessité d’une approche par l’expérimentation et l’utilisation de l’intelligence collective de la rue au quartier, du quartier à la ville, de la ville à la région, de la région au pays, et du pays à l’Europe.

Dans notre monde avec sa complexité et sa vitesse de changement, avec ses enjeux humains et les risques forts d’explosions sociales, il n’y a pour moi d’autre solution que la 3ème voie. Une voie ni de droite, ni de gauche, qui remette l’humain au centre et qui se préoccupe de la réalité et non des idéologies enfermantes qui ont dominé notre monde politique depuis des années.

Une note sur les médias : leur fonds de commerce est le sensationnel, la peur, le scoop. Leur approche des interviews n’est donc faite que pour obtenir l’un ou l’autre. Leur culture est par ailleurs ancrée dans les modèles dominants et les connaissances issues des théories économiques du passé. Ils n’ont donc de cesse que de réclamer un programme, ou de classer à droite, à gauche, ou au centre même si cela n’a pas de sens. Peut-être qu’un peu de culture et d’objectivité leur permettraient d’être plus utiles à une vraie information dont je pensais qu’elle était leur rôle. Si toutefois ma note servait à créer cette ouverture, j’en serais plus qu’heureux.

Je vous laisse avec ces réflexions pour ce deuxième tour des élections dont je me suis mêlé avec la conviction que mon regard peut apporter quelques repères utiles.

Cette note se base sur une approche développée par Otto Scharmer du MIT qui contraste 3 approches à la résolution de problèmes complexes : le download, le presencing et l’absencing. Elles me paraissent un bon outil pour observer les attitudes de nos politiques.

A bientôt pour de nouveaux partages

Mots clés : Aucun mot clé

A propos de l'auteur

Trackbacks

URL de Trackback pour cette entrée

Commentaires

Veuillez vous connecter d'abord avant d'ajouter un commentaire